Accueil

Patrick Faigenbaum

Tulle

- une exposition 26 photographies grand format
Église Saint-Pierre - quai Baluze - et à Sortir la tête -14 rue Riche, Tulle
(du mardi au samedi de 14h à 18h du 9 juin au 17 septembre 2007)

du 11 janvier au 23 février 2008, à l'artothèque de Caen


- un livre 82 photographies de Patrick Faigenbaum et deux textes de Jean-François Chevrier et Manée Teyssandier.
Parution le 8 juin 2007, disponible à Peuple et Culture, Sortir la Tête et en librairies. (35 €uros).

voir article de Michel Guerin Le Monde du vend 27 juillet 2007


 

Un travail centré sur l'"être humain"
Né à Paris en 1954, peintre de formation, Patrick Faigenbaum situe d'emblée sa photographie hors la tradition française du reportage. Il travaille d'abord "à l'image", en retient peu. L'"être humain" est son sujet – sa mère, son frère, des portraits sur fond blanc à la manière d'Avedon, des instantanés à la manière de Robert Frank. Refusant de publier dans la presse, il a été vendeur à la Fnac de 1977 à 1984. Hormis un travail sur la statuaire, ses grandes séries sont liées à des villes et des sites – Florence, Rome, Naples, Prague, Brême, Barcelone, Saint-Raphaël... A côté de son exposition, à Amiens, il a répondu à une commande sur Beauvais, où il associe des paysages et portraits pris dans la ville avec des images intimes. De notoriété internationale, auteur d'une douzaine de livres, figurant dans des grandes collections américaines, Patrick Faigenbaum a exposé en France et à l'étranger. Il est surprenant qu'aucun musée de Paris n'ait envisagé de présenter de rétrospective. Notamment le Centre Pompidou, qui ne conserve pas d'épreuves de Faigenbaum
Michel Guerrin Le Monde du 27/01/2003

 

Patrick Faigenbaum a toujours été et reste avant tout portraitiste. Mais grâce en partie au renouveau de la commande photographique en France et en Europe depuis une vingtaine d’années associée aux résidences d’artistes son intérêt initial pour la figure humaine et les généalogies familiales s’est élargi au portrait de ville. Florence, Rome, Naples, Prague, Brême et plus récemment Barcelone. La tonalité mélancolique des premiers portraits et scènes de genre très composés persiste dans cette nouvelle iconographie urbaine mais contredite par les accidents, les éclats et la factualité prosaïque de l’information.
Le « visiteur » n’agit plus en intrus, il est aujourd’hui un invité informé, qui interprète les données et les indications fournies par ses commanditaires, les illustre, les déplace et les esquive.

 


Biographie

Patrick Faigenbaum
Né à Paris en 1954 où il vit et travaille. Professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris depuis 2000.

Expositions personnelles

1984 Halle du Livre, Nancy.
Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris.
1985 Florence 1984-1985, Galerie Texbraun, Paris.
Foto Forum, Künstlerhaus, Stuttgart.

1986 Patrick Faigenbaum, Instituts français de Prague, Copenhague, Amsterdam et Londres (catalogue).
Fratelli Alinari - Patrick Faigenbaum 1885-1985, Institut français de Florence (catalogue).

1987 Vies parallèles, Villa Médicis, Rome (catalogue).

1988 Roman Portraits, Art Institute of Chicago, Chicago.
Museum of Art, Dallas (catalogue).

1989 Tableaux romains, Musée d’art contemporain, Nîmes ; Clisson, La Garenne Lemot,
DRAC Nantes (catalogue).
Vies parallèles, Musée départemental d’art contemporain, Rochechouart (catalogue).

1990 Roman portraits, Pace-MacGill Gallery, New York.

1991 Patrick Faigenbaum 1989-1991, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, Paris (catalogue).
Naples, Barbara Gladstone Gallery, New York.
Tableaux romains, Bibliothèque municipale, Grenoble.

1992 Déplacement,1991-1992, Galerie Crousel-Robelin Bama, Paris.
Tableaux romains, Institut français de Fribourg.

1993 Patrick Faigenbaum, Barbara Gladstone Gallery, New York.

1995 Praha, Gandy Gallery, Prague (catalogue).

1996 Prague, Barbara Gladstone Gallery, New York.

1998 Praha, Westfälischer Kunstverein, Münster (livre).
Première visite, Palais des Congrès, Saint Raphaël.

1999 Fotografien. Florenz, Rom, Neapel, Bremen ; Neues Museum Weserburg, Brême (livre).
To Angela and Raphaël, Barbara Gladstone Gallery, New York.

2000 Patrick Faigenbaum, Galerie de France, Paris.
Patrick Faigenbaum, Prieuré Saint-Martin, Montereau-Fault-Yonne.
Patrick Faigenbaum, Centennial Gallery, Oakville, Toronto.

2002 Tableaux urbains 2001-2002, Barcelone vue du Besòs, Galerie de France, Paris.
Variations, Maison de la culture d’Amiens, Amiens.
Patrick Faigenbaum d’après Beauvais, Espace culturel de la ville de Beauvais (catalogue).

2005 Portraits dans l'atelier 2003-2004, Galerie de France, Paris.
Louvre et Chaussée d'Antin, Musée du Louvre, Paris.
Patrick Faigenbaum, Peuple et Culture, galerie Sortir la tête, Tulle.

2006 Portraits de familles italiennes et un fonds photographique de sculptures antiques, oeuvres de la collection IAC-FRAC Rhône-Alpes, Château de Suze-la-Rousse, Drôme.

2007 Patrick Faigenbaum, Tulle, Église Saint-Pierre, Tulle ; Artothèque du Limousin, galerie du CAUE, Limoges (livre).


Expositions de groupe (sélection).


1980 La photographie française de 1945 à 1980, Galerie Zabriskie, Paris.

1983 Le portrait photographique contemporain, Université de Tucson, Tucson.

1985 Photographie contemporaine en France, Centre Georges Pompidou, Paris (catalogue).

1986 Théâtre des réalités, Palais de Tokyo, Paris (catalogue).
Metz pour la photographie, Metz.

1987 Contemporary Photography from France Rapports, Photographer’s Gallery, Londres (catalogue).

1988 Tenir l’image à distance, Musée d’art contemporain, Montréal (catalogue).
New Photography 4, Museum of Modern Art, New York.
Le corps figuré, Musée Joseph Dechelette, Roanne (catalogue).

1989 Portraits in Contemporary Photography, Kunstverein, Francfort (catalogue)
Photo-Kunst : Arbeiten aus 150 Jahren, Staatsgalerie, Stuttgart ;
Musée des beaux-arts de Nantes (catalogue).

1990 To be or not to be, Centre d’art Santa Monica, Barcelone (catalogue).

1991 The Kiss of Apollo, Photography and Sculpture from 1945 to the present, Fraenkel Gallery, San Francisco (catalogue).
Kunst Europa : la France en Wurtemberg, Kunstverein, Ulm (catalogue).

1992 Family Album : Changing Perspective of Family Portraits, Metropolitan Museum of Photography, Tokyo (catalogue).
Tableau inaugural, Musée d’art contemporain, Montréal (catalogue).

1993 Photo Play - works from the Chase Manhattan Collection, Museo Amparo, Puebla, Mexico ; Center of Fine Arts, Miami (catalogue).
Museum of Art, Ein Harod, Israël (catalogue).

1994 The Epic and the Everyday, Hayward Gallery, Londres (catalogue).
Los Generos de la Pintura, Centro Atlantico de Arte Moderno, Las Palmas de Gran
Canaria (catalogue).
Face off, Institute of Contemporary Art, University of Pennsylvania, Philadelphie
(catalogue).

1995 Traces, fragments, ellipses, Galerie d’art moderne, New Delhi (catalogue).
Beyond Recognition, National Gallery of Australia, Canberra (catalogue).
Escale du regard, Villa Médicis, Rome (catalogue).

1997 Documenta X, Kassel.

1998 Photographier la sculpture, Musée d’Orsay, Paris.

2000 Das fünfte Element - Geld oder Kunst, Kunsthalle, Düsseldorf (catalogue).
How you look at it. Photography of the 20th century, Sprengel Museum, Hanovre (catalogue).

2001 Des territoires, École nationale supérieure des beaux-arts, ENSBA, Paris (catalogue).
Procesos Documentales ..., Museu d'art contemporani de Barcelona, MACBA, Barcelone.

2003 Renouvellement urbain, Musée des beaux-Arts Thomas Henry, Cherbourg.

2004 Paris des photographes, Kunstmuseum Kloster Unser Lieben Frauen, Magdeburg.
Fabbrica dell'Immagine, Villa Medici, Rome (catalogue).
How do we want to be governed? Museu d'art contemporani de Barcelona, MACBA, Institut Barri Bèsos, Barcelone.

2005 Le reflex du reflux, carte blanche à Didier Trenet, oeuvres de la collection du FRAC
Pays de la Loire, site de L'Abbatiale de Saint-Philibert-de-Grand-Lieu, Le Prieuré.
Woman of Many Faces, P.S.1, New-York.
La photographie à l'épreuve, Musée d'art moderne de Saint-Etienne.
La photographie à l'épreuve, Institut d'art contemporain, Villeurbanne.
À côté rêve un sphinx accroupi, des photographes au Louvre, atelier de Patrick
Faigenbaum, Musée du Louvre, Paris (catalogue).

2006 Clickdoubleclick, das dokumentarische moment, Haus der Kunst, Munich ;
Palais des beaux-arts de Bruxelles.
Les peintres de la vie moderne. Donation-collection photographique de la Caisse des dépôts, Centre George Pompidou, Paris.
Der Kontrakt des Fotografen, Akademie der bildenden Künste, Berlin (catalogue).

2007 En quête d'identité, oeuvres du Fonds national d'art contemporain,
Centre photographique d'Ile-de-France, Pontault-Combault.
Der Kontrakt des Fotografen, Museum Morsbroich, Leverkusen.

2008 A Photographic Survey, Museu d'art contemporani de Barcelona MACBA, Barcelone (catalogue).


Patrick Faigenbaum Photographe et professeur à l'Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris réalise une série de portraits d'habitants, de quartiers ou paysages Tullistes qui s'inscrit dans son oeuvre après des portraits de familles plusieurs portraits de ville : "En Italie, mon atelier était dans les familles. A Brême, Prague ou Barcelone, la ville est devenue mon atelier." Dans la capitale catalane, en collaboration étroite avec l'historien Joan Roca, il "montre et dénonce" la rénovation du Besos, une aire qui couvre quatre quartiers jusqu'à la mer. La dimension documentaire du projet est centrale, Faigenbaum allant jusqu'à photographier les sites à la demande de Roca. En même temps, ces images sont des "tableaux urbains". Sans que Faigenbaum y voie de contradiction : "Plus l'image est construite et élaborée, plus le projet documentaire est visible." Ce travail à Tulle donnera une exposition printemps 2006 mais d'ici là des comptes rendus d'étape permettrons de voir les photos de P.Faigenbaum à Tulle

rapport d’étape

du 15 juin au 27 août 2006
du mardi au vendredi de 15h30 à 18h30
et le samedi de 15h à 18h
vernissage et rencontre avec Patrick Faigenbaum
mercredi 22 juin à 18h à Sortir la Tête, 14 rue Riche à Tulle

Depuis octobre 2003, Patrick Faigenbaum séjourne
régulièrement à Tulle, à l‘invitation de Peuple et Culture
pour un “portrait de ville”.
La première phase de la résidence a commencé par des rencontres avec des acteurs divers (collectif de Peuple et Culture et réseau plus large, artothèque du Limousin...) au cours desquelles Patrick Faigenbaum a fait part de son parcours et de sa démarche de travail tandis que les personnes
présentes lui transmettaient leur “perception” de Tulle, leur rapport à cette ville, indiquant des lieux particuliers, des idées de portaits... Mais bien sûr, chaque fois, au cours de ses séjours, Patrick Faigenbaum a mêlé ces “suggestions” à ses propres intuitions, ses propres regards, ses propres rencontres de hasard.
Se dessine ainsi lentement, profondément une sorte de géographie humaine et physique, une matière faite de centaines de prises de vue (portraits, paysages, situations...) qui existent seulement pour l’instant sous forme de pellicules ou de planches-contact. C’est dans cette matière que sera puisée la réalisation au cours de l’année 2006 d’une exposition et d’un ouvrage.
Dans cette attente, le rapport d’étape à Sortir la Tête permet
de commencer à approcher le travail et l’œuvre de Patrick Faigenbaum à propos duquel Michel Guerrin écrivait (dans un article récent du Monde consacré à ses deux dernières expositions en mars dernier au Musée du Louvre et à la Galerie de France) qu’il est “le plus grand portraitiste
d’aujourd’hui”.

On pourra découvrir à Sortir la Tête, une sélection de planches-contact des prises de vues à Tulle au cours des derniers mois, des livres de photographies de l’artiste, des articles et documents divers mais aussi trois œuvres choisies par Patrick Faigenbaum parmi les photographies réalisées les années dernières dans d’autres villes : Florence, Rome, Naples, Prague, Brème et plus récemment Barcelone.

 

les modèles
abandonnés de Patrick Faigenbaum,
portraitiste sans égal
(extrait)

Patrick Faigenbaum est le plus grand portraitiste d’aujourd’hui. Il est sans égal dans sa façon d'affirmer la présence du modèle, de lui donner du relief dans le cadre, de susciter le trouble et l’émotion quant au sens profond du portrait. Et puis ce sont des images superbes, portées par des matières sourdes et lumineuses à la fois, qui arrêtent le spectateur, l’obligent à se confronter aux visages.
Il livre des portraits du temps présent, qui disent notre époque. Ce sont “des corps enracinés dans leur histoire”, dit-il.
Les regards des modèles, leur intensité, font beaucoup pour ancrer les portraits dans l’actualité. A-t-on déjà vu des modèles si disponibles, si concernés ? pour comprendre comment Faigenbaum arrive à ce résultat, il faut le regarder vivre, bouger, parler. Quand la moindre décision, chez une personne normale, nécessite deux minutes, Faigenbaum en prend trente. La plupart des prises de vues demandent des heures. Jusqu’à l’abandon du modèle. Pour le plus grand bonheur du spectateur.
Michel Guerrin, le monde du 1er mars 2005

 

le baladin du monde argentique
(extrait)

Inutile de dire à Patrick Faigenbaum qu'il ressemble à Bob Dylan. Il le sait. De toute façon, ressembler à Bob Dylan, ça n'engage à rien. La preuve, Patrick Faigenbaum est photographe. Et quel photographe ! Certains murmurent qu'en France il est sans doute le plus grand, rappelons au passage que des grands musées new-yorkais comme le Métropolitan et le MoMA ont fait entrer ses œuvres dans leurs collections. Dans son pays natal, ce fils d'une famille de confectionneurs jouit d'une situation paradoxale. Soutenu par la Galerie de France - qui vient d'exposer un choix sublime de portraits réalisés dans son atelier parisien entre 2003 et 2004 - il voit une institution comme le centre Georges Pompidou continuer à le bouder avec une obstination qui finit par devenir presque inquiétante. En lieu et place, c'est le musée du Louvre (!) qui expose deux séries de ses récents travaux : un ensemble consacré aux "esclaves" de Michel-Ange et un autre sur le magasin de confection que sa tante tenait rue de la Chaussée-d'Antin. Le registre a beau être différent, l'émotion demeure la même. Qu'il cadre le visage d'une sculpture de la Renaissance, qu'il nous invite à pénétrer dans l'intérieur d'une boutique, toujours Patrick Faigenbaum s'attache à solliciter l'œil du spectateur à la manière d'un peintre. Lui-même affirme d'ailleurs aimer se mesurer à la peinture.

Bernard Géniès Nouvel observateur n° 2109, du 7 au 13 avril 2005

 


Catalogues et livres personnels


1986 Nobili Fiorentini A Casa. Fratelli Alinari - Patrick Faigenbaum 1885-1985
Textes de Jean-François Chevrier « Le Visiteur »
et de Sergio Bertelli « Noblesse oblige », introduction de Daniel Arasse,
Institut français de Florence.

Prague 1986
Extrait du texte « Le Visiteur » de Jean-François Chevrier,
Institut français de Prague.

1987 Vies parallèles
Villa Médicis, Rome.

1988 Roman Portraits
Textes de Leonard Barkan « Roman Family Portraits »
et de Jean François Chevrier « Patrick Faigenbaum »,
Art Institute of Chicago.

1989 Tabeaux romains
Propos recueillis par Jean de Loisy et Jean-François Taddei,
texte de Jean-François Chevrier « L’Hypothèse généalogique »,
Musée d’art contemporain, Nîmes, FRAC des Pays de Loire, Clisson, La Garenne Lemot, DRAC Nantes.

Vies parallèles.
Texte de Guy Tosatto, Musée départemental d’art contemporain, Rochechouart.

1991 Patrick Faigenbaum 1989-1991.
Textes de Jean-François Chevrier « Distances », d’Elvira Chioso et Maria-Antonietta Visceglia « Contribition à une approche de la noblesse napolitaine »,
Musée d’art moderne de la Ville de Paris.


1993 Patrick Faigenbaum
Propos recueillis par Jean-François Chevrier, Museum of Art, Ein Harod, Israël.

1995 Praha
Texte de Gilles Tiberghien « Entre-temps », Gandy Gallery, Prague.

1998 Praha
Texte de Jean-François Chevrier « Message From the Interior... »,
hors-texte de Heinz Liesbrock « The Silence of Memory »,
Westfälischer Kunstverein, Munster.

1999 Patrick Faigenbaum. Fotografien. Florenz, Rom, Neapel, Bremen
Avant-propos de Hanne Zech « Bremen, Florence, Naples, Rome »,
textes de Jean-François Chevrier « Tableaux de famille et actualité urbaine » et de Thomas Deecke « Comme étranger dans l’à-présent »,
Neues Museum Weserburg.

2000 Patrick Faigenbaum
Texte de Jean-François Chevrier, éditions Hazan.

2002 Patrick Faigenbaum d'après Beauvais
Texte Jean-François Chevrier.
Éditions Maison de la culture d'Amiens et Service culturel de la Ville de Beauvais.

2007 Patrick Faigenbaum, Tulle
Textes de Jean-François Chevrier « Une ville, un livre » et de Manée Teyssandier « Éducation populaire et commande artistique », Le point du jour éditeur.

Haut de page .|Présentation et historique de PEC Arts plastiques. | Artobus.| Atelier souffle |Atelier d'écriture | Atelier théâtre | Atelier chanson | Échanges internationaux | Droit de questions | Défilé performance | Pays Paroles Images Statut de l'artiste plasticien

Accueil e-mail Peupleetculture.correze@wanadoo.fr